Presse

2015, Salon Arts Atlantic en Novembre

Présentation du Salon Arts Atlantic par Béatrice Vial-Collet interviewée par Estelle Reygner

 

Juin 2013, Exposition à la chapelle de Lauzières

La peinture atypique de Béatrice Vial-Collet s’est littéralement approprié l’endroit, également peu ordinaire, et surtout chargé d’une histoire vieille de 135 ans !
Exposition dédiée lors de son vernissage à Thierry…201306 - panoramique chapelle_2

Sud Ouest, 8 juin 2013

2013-2014, Émission mensuelle sur RCF

VIVRE EN COULEUR, approche ludique et positive de la couleur, source d’éveil et de curiosité au monde que nous vivons.

Écoutez les émissions !
La lettre aux amis de RCF, Novembre 2013

 

Avril 2013, Accrochage au golf de La Prée

… quatre de ses toiles particulièrement représentatives de cette façon unique qu’elle a de sculpter la peinture.

Sud Ouest, 10 mars 2013

Mars 2013, Le Printemps des Poètes

Peinture et Poésie réunies à La Richardière
… une douzaine de tableaux : nus, marines et paysages, tous représentatifs de sa peinture à la fois sobre, interrogative et torturée …

Sud Ouest, 14 mars 2013, Yannick Picard

Portes ouvertes à la peinture et à la poésie
Jane Anne, en amoureuse des arts qu’elle est, a ouvert les portes de sa demeure, dimanche dernier, à l’occasion du Printemps des poètes.

Sud Ouest du 21 mars 2013, Yannick Picard

Novembre 2012,  Magazine Culturel RCF : Rencontre avec Béatrice Vial-Collet

RCF Accords Charente-Maritime, Cathie Bechameil

Mai 2009, Exposition « Evolution » à Paris, Galerie Etienne de Causans

Influencée par la lumière et la nature, cette artiste ne représente pas la réalité mais le caractère et l’esprit de ce qu’elle perçoit, laissant le dialogue se créer entre elle et le paysage, la toile, le spectateur.

Le Point 28 mai 2009

Avec ses mélanges de sable, de roches, d’algues et de ciels infinis, La Rochelle, son port d’attache, est souvent présente dans ses toiles. Béatrice Vial-Collet expose 34 toiles grands formats, des marines aux nus, sensuelles et fortes à la fois.

Côté Ouest, avril-mai 2009, « Nouvel expressionnisme », Agnès Benoit

Le paysage n’est ici qu’un prétexte pour transcrire l’émotion qu’il suscite.

La Lettre Diplomatique Culture n°85 juin 2009

Une expression libre et forte.

Neuilly Journal, mai 2009

Au fil des ans, son style évolue, le couteau n’est plus son seul outil. Il agit de concert avec la brosse ou la main pour réaliser des œuvres aux techniques mixtes…

Boulogne Billancourt Information, mai 2009, « Portrait d’Artiste »

L’artiste peintre présente 34 de ses toiles, en technique mixte, marines, paysage, nature morte, nus, des grands formats…

Le Figaro.fr, avril- mai 2009

Septembre 1998, Visite d’atelier à l’occasion de l’ouverture des Cours de peinture de Boulogne

A mi-chemin entre le réel et l’abstrait, ses tableaux, faits d’une harmonie de couleurs et de formes, ne laissent jamais indifférent.

Le Figaro Education, 9 septembre 1998, « Atelier Vial-Collet, l’imagination créatrice en peinture »

Voix douce et silhouette gracile, c’est à la violence du couteau, quand ce n’est pas à la truelle de maçon, que Béatrice, l’artiste peintre, arrache à la matière les miroitements liquides de ses marines. … Ses paysages, ses ruelles, ses portraits et ses nus surfent en douceur sur la vague abstraite. Et tout à la lame !

Atmosphères, octobre 1998, « Béatrice Vial-Collet une fine lame », Catherine Wrobel.

Son geste est aussi puissant qu’elle apparaît fragile et sensible : sa liberté généreuse s’exprime à grands coups de couteau.

Le Magazine de Boulogne,septembre 1998, Dominique Guerrier. 

Octobre 1997, Exposition à Dax, Musée Georgette Dupouy

Généreuses, les toiles de cette artiste parisienne expriment pour la plupart une bouillonnante joie de vivre. Peintre au tempérament fougueux, généreux, Béatrice Vial-Collet célèbre avec une belle intensité expressionniste des paysages qui lui sont familiers et dont elle perçoit les battements.

Sud Ouest, 23 octobre 1997.

 Juillet-août 1997, Exposition à Amiens, Galerie Dufour

Béatrice Vial-Collet, c’est la Dame des paysages stylisés et des cubes qui s’emboîtent harmonieusement pour nous offrir un hameau, un bouquet, un port.

Le Courrier Picard, 23 juillet 1997 « Les témoins et interprètes de l’art vivant », Jacques Goffinon 

Février 1997, Reportage « Peindre un paysage au couteau »

Un seul arbre suffit à rompre une construction parfaitement horizontale et rigoureuse qui aurait pu être monotone.

Artistes Magazine n° 65

Juin 1996, Exposition « Dix ans de peinture » à Paris, Galerie Etienne de Causans

Une rétrospective qui projette de larges plans de ciel, de terre et de mer dans un monde situé aux frontières de l’imaginaire.  Un patchwork de couleurs et d’émotions que l’on découvre toujours avec autant de plaisir.

Le Figaro Magazine, 15 juin 1996, « Aux frontières de l’imaginaire ».

Octobre 1995, Exposition « Peinture entre Force et Liberté » à Francfort, Galerie Leonardis 

Béatrice Vial-Collet transite vite à la stylisation, ce qui confère à ses toiles un caractère mystique supplémentaire. Couche par couche elle applique la couleur avec vigueur, composant un tableau dont le dessin linéaire et dépouillé contraste de façon troublante avec le message profond qu’elle fait passer par les couleurs … Ce sont des peintures animées, sensuelles.

Frankfurter Zeitung, 12 octobre 1995, Suzanne Bohn.

Octobre 1994, Exposition à Saint Tropez, Espace culturel du Lavoir Vasserot

Les toiles de Béatrice Vial-Collet sont d’une intensité remarquable. A voir absolument.

Nice Matin, 30 septembre 1994

Une peinture d’ambiance pleine de joie.

Figaro Méditerranée, 1 octobre 1994

Une allégorie marine qui reste à découvrir…

Var Matin, 1 octobre 1994, Saint Tropez, Les Expositions de la Nioulargue

Février-mars 1992, Exposition à Paris, Galerie Guigné Les Francs Bourgeois

Béatrice Vial-Collet expose une trentaine de toiles récentes : paysages, étendues d’eau, natures mortes… Attirée par l’abstraction, le dépouillement, s’inspirant de l’expressionnisme, elle trouve un équilibre entre réel et imaginaire. Une peinture qui respire l’harmonie.

VSD, 30 janvier 1992, « Entre deux eaux ».

Simples, à la limite du dépouillement, ses huiles sont carrées dans le sens harmonieux du terme, laissant la part belle à de grands pans de ciel ou de terre très colorés. L’œil glisse doucement sur les compositions, tantôt flatté par les tons chauds, tantôt reposé par la sobriété des éléments représentés. Bien que largement inspirée par l’expressionnisme, Béatrice Vial-Collet a trouvé sa propre personnalité, oscillant toujours entre réel et imaginaire.

Contemporaine, mars 1992, « C’est l’huile qu’elle préfère ».

Des paysages bien campés. Des étendues d’eau aux reflets changeants. Des nus alanguis… Béatrice Vial-Collet veut laisser le spectateur « dialoguer avec la peinture ». Conserver une part de rêve à ces harmonies de bleu et de vert, à ces compositions où les éléments se fondent pour que l’œil se perde avec encore plus de volupté.

L’Express, 13 février, « A couteaux tirés », Annik Colonna Césari.

Elle nous propose un monde de couleurs, où paradoxalement, ses aplats lissés au couteau créent le volume. Sa palette aux couleurs franches lui permet de jouer avec la lumière. Les paysages de Béatrice Vial-Collet, comme ses natures mortes sont très dépouillés, mais possèdent une composition qui, alliée à l’harmonie des couleurs, provoque une dynamique certaine, propre à stimuler le regardant … Elle parvient par ses œuvres, à créer un univers aux ambiances magnétiques.

Arts Actualités Magazine, février 1992, « Entre rigueur et liberté », Robert Courtois.

Béatrice Vial-Collet, coloriste entre figuratif et abstrait, réel et imaginaire, peint en à-plats au couteau des paysages inspirés du Mont Saint Michel, des marines d’un bleu ardent et des nus.

Le Figaro, Dans les Galeries, 11 février 1992, JW.

Avril-mai 1990, Exposition à Hong Kong, Consulat de France

 Ses toiles sont des huiles aux couleurs franches, posées en aplats et soigneusement lissées au couteau. Béatrice Vial-Collet fait de l’équilibre entre couleur et matière, avec beaucoup de talent.

Bonjour Hong Kong, avril 1991.

 Février 1990, Exposition à Paris, Galerie Guigné Les Francs Bourgeois

Une œuvre qui joue les 2 pôles de l’abstraction et de la figuration, une artiste entre couleur et matière : les toiles de Béatrice Vial-Collet respirent l’harmonie.

Le Figaroscope, 7 février 1990.

Composition, c’est un des éléments dominants dans la peinture de Béatrice Vial-Collet, une pâte appliquée au couteau, une dynamique où le geste se contraint à la figuration. Simplifiant à l’extrême les caractères des éléments représentés créant des univers plastiques dans lesquels l’auteur retrouve les grandes interrogations de Nicolas de Staël.

Arts Actualités Magazine, février 1990.

Attirée par l’abstraction sans vouloir s’y plonger, elle privilégie les larges plans de ciel, de terre ou de mer qu’elle peut fragmenter par une touche constructiviste, en un patchwork de couleurs en camaïeu. Une peinture lisse et décorative, séduisante pour le repos de l’œil.

Le Figaro, 6 février 1990, Laure Bernard.